Membres

lundi 22 avril 2013

17_Mme Kerva 2




Avant de rejoindre le rang disciplinaire de Mme Kerva les samedi après midi, je fus témoin de scènes qui me parurent étranges et dont le sens m'échappait.
La première que je vais citer n'avait rien d'extraordinaire, toutefois échappée de son contexte ces instants volés m'intriguaient.
C'était dans le parc, où en primaire je venais fréquemment jouer, Mme Kerva était assise sur un banc, en compagnie d'une femme de son type, même style vestimentaire, même allure, certainement moins rude, dans son genre Mme Kerva était inégalable.
Les deux femmes discutaient, près d'eux des enfants d'un âge de CP jouaient assis sur du gravier. Je reconnu Malika, sa sœur Samia se tenait droite à quelques pas du banc où étaient assises les deux femmes.
J'aurais bien peu passer mon chemin si ce n'était ce détail qui m'avait fait revenir épier discrètement derrière, cachée par des buissons.
J'avais remarqué que Mme Kerva tenais dans sa main une verge en bois, un peu tordue, avec des noeux.
Je ne sais pour quelle raison mme Kerva demanda à Samia d'approcher et lui cingla un coup de baguette sur les jambes. Samia cria, se recula de quelques pas faisant toujours face à sa mère.
De nouveau Mme Kerva invita Samia à s'approcher pour se prendre un coup, elle lui montrait bien la baguette qu'elle tenais à la main.
Samia ne voulais pas, sa mère menaça, et la fille s'approcha pour s'en prendre un deuxième, elle se recula aussitôt pour pas recevoir le suivant qui s'annonçait imminent.
A nouveau sa mère menaça pour que la fille revienne, et rebelotte.
Madame Kerva jeta un regard dans ma direction et je m'enfuis.

Ma deuxième interrogation commença par une scène dans l'escalier de notre maison où je croisais Saïd vêtu d'une robe de fille, c'était un après midi, je me souvient d'une lumière éclatante et d'un temps clément.
Quand il me vit, il se sentit surpris, il appuya son dos contre le mur dans un mouvement de recul, comme si je lui faisais peur, répondit à mon étonnement par un regard bizarre et s'enfuit.
Un autre détail auquel j'avais prêté peu d'importance, c'était qu'a maintes reprises j'avais remarqué que ses chevilles étaient gaînées de nylon, et une fois même rose. Ca m'avait soulevé quelques interrogations, pourquoi sa mère lui faisait porter des mi bas ou des collants. La réponse me vint assez rapidement et me paraissait évidente, c'était parce que ça devait être comme ça, et que je ne savais rien à ce qu'un garçon doit porter ou pas.
D'ailleurs mes cousins y avaient droit en hivers, et je savais que la plupart n'aimaient pas les porter.
Mais la robe comme même, j'avais du faire une drôle de tête et Saïd n'avait pas apprécié.
A l'école il se donnait une allure virile malgré sa carrure délicate, la bagarre il connaissait bien. En présence de sa mère c'était la métamorphose immédiate.
Une deuxième fois je l'avais croisé en robe, c'était tard le soir dans la rue, alors que je promenais le chien, dès qu'il m'aperçut, il accéléra le pas changeant de trottoir et bifurqua à l'angle.
Un soir, en haut ça claquait, c'était sévère, c'était Saïd qu'on battait. Quelque temps après on sonnait à notre porte, ma mère m'envoya demander qui c'était. C'était Saïd, j'avais la permission de lui ouvrir la porte. Il était en robe, les larmes aux yeux en train de déglutir. Mme Kerva l'avait envoyé demander si ma mère pouvait prêter son martinet pour un petit moment. Avec un air fière, ma mère lui remis sa sainte discipline, sans aucun scrupule elle demanda au garçon si c'était lui qui l'avait mérité.
Sa fierté lui interdisait d'avoué, il dit brièvement que c'était pour sa sœur, visiblement ma mère n'en cru un mot et lui décocha un sourire.
Quelques minutes plus tard ça claquait à nouveau, ça tapait des pieds par terre, ça hurlait, ça grondait à n'en plus finir, ça suppliait le pardon.
Le festin fut royal, digne d'une bastonnade militaire prussienne.
Mme Kerva accompagnait Saïd vers la cave, les râles du garçon les accompagnaient. Au passage elle sonna pour rendre le martinet, j'ouvris la porte, la voix de Mme Kerva sollicita la bienveillance de ma mère qui vint la saluer. Mme kerva remercia du prêt. Narquoisement ma mère fit remarquer à Saïd que c'était pas bien de mentir.
Sans chercher à comprendre Mme Kerva accusa un « tu as menti ?! ».
Le garçon pris d'effrois lança un « non maman ».
Elle souleva la robe de Saïd, découvrant le travail acharné de la flagellante qui s'échelonnait de la nuque aux pieds, pour cingler à nouveau la chair. Elle le maintenait debout par la tension de la robe. Après la cinglée il s'écroula dans des tremblements à terre. C'est à coups de pieds dans le dernière et une traction par les cheveux qu'elle le remis sur ses jambes.
Ma mère invita Mme Kerva à renouveler au besoin sa demande.
Moi j'étais sidérée. A mon étonnement ma mère répondit par sa philosophie sur l'éducation des garçons que je connaissais par cœur.
Un garçon c'est beaucoup moins docile qu'une fille, alors il faut être plus rude avec eux, ils on besoin d'une poigne de fer, autrement ils vous marchent sur la tête.
Puisque le sujet était entamé, j'osai la question qui me démangeait pendant des mois. Pourquoi on lui faisait porter une robe à Saïd.
La question ne dérangea pas, bien au contraire. Ma mère m'expliqua que c'était une méthode pour mater son caractère, pour qu'il soit moins arrogant, plus réfléchi et timide. La timidité était considérée par ma mère comme un comportement vertueux.
Je remerciais le ciel d'être née fille et subir un sors plus clément.

Mme Kerva prévenait aussi bien l'arrogance féminine en tondant de temps à autre les tête de ses collégiennes. La première sur la liste c'était Karima, elle pleurait à chaudes larmes dans l'escalier la première fois que ça lui été arrivé.
Moi je redoutais que ma mère ne prenne ce bon exemple.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour , je pose cette question a la bloggeuse, esque cette mme Kerva a bien existé? Tres beau recit en tout cas en attendant la suite

Cécile a dit…

Mme Kerva a bien existé, oui. Bien que je fut témoin des comportement bestiaux de cette voisine, je ne sais pas tout d'elle.

Cécile a dit…

Peut être qu'elle était encore plus atroce à l'abrit des regards étrangés, ce n'ai qu'une supposition.

Anonyme a dit…

Qu'entendais vous par atroce?

Cécile a dit…

"Qu'entendais vous par atroce?"

Qu'elle infligeait des supplices dont seul elle et la victime avait connaissance.

Anonyme a dit…

La victime n estais pas said mais plutot mme kerva qui devais s epuiser a punir ses gamins!!!!